Mercantour : bivouac aux Merveilles

Pour fêter mon retour et mes 18 (et quelques) printemps, le Bro et la Sis m’ont offert une tente de bivouac. Bien immobilier qu’Elliot et oim decidâmes d’étrenner le weekend dernier dans la Vallée des merveilles du Parc du Mercantour, hotspot bien connu des chamois et autres hommes préhistoriques.

Retour en images sur 2 jours de rando à forte teneur en bouquetins, gravures et Princes de Lu.

Jour 1

11h24 : El Padre nous dépose, les mirettes humides, à Casterino, départ du sentier. C’est la première fois que ses louveteaux battent la légendaire montagne familiale sans lui (et sa collection de GPS).

12h38 : Rencontre avec nos premiers chamois. Nous leur emboîtons le pas, Elliot comme un jeune chevreau moi comme une chèvre grabataire.

13h02 : Arrivée au refuge de la Valmasque et déballage de notre pique-nique de compèt : tourtes de blettes et patates, chocolat aux noix de pecan caramélisées ! On a de quoi nourrir tout le dortoir… mais on ne partage pas, faut pas déconner ! #JoeyDoesntShareFood

13h47 : Boustés (et sapés) comme jamais, on repart direction le Lac Noir. La météo est discutable mais on fait comme si on n’avait rien remarqué.

14h49 : Arrivée au Lac du Basto et quête du spot de bivouac de notre vie (j’impressionne le Bro avec mon expérience… oder nicht).

15h04 : Ça y est on l’a ! Plat, herbeux, pas/peu caillouteux, avec vue sur le Lac, idéalement situé pour le lever du soleil (si jamais les nuages envisagent d’aller voir ailleurs si on y est)… On contacte notre banque et on investit !

15h36 : Le Bro se lance dans la confection d’un goûter revigorant tandis que j’instagrame la montagne (what else ?!).

16h02 : Devant la météo peu engageante on monte la tenteavec 3h d’avance sur les horaires de bivouac autorisés (19h-9h). Du coup, on redoute à tout moment le surgissement, sifflet au bec, d’un gardien du Parc. (Rangers si vous me lisez ne m’envoyez pas un régiment de marmottes, je ne recommencerai pas je le jure !)

16h38 : On pose séant en bord de Lac avec un bouquin et un bouquetin. Le Bro traque les tueurs en série scandinaves tandis que je quitte Paris pour commencer une nouvelle vie (identification level 3000).

17h46 : Un couple de randonneurs approche du camp de base dans l’espoir d’y installer leur nid d’amour. Devant mon regard mauvais, ils plantent leur tente à l’écart et s’y enferment pour ne plus en sortir. (Sinon, je cherche un boulot d’hôtesse d’accueil si quelqu’un a des pistes…)

19h03 : Le Bro abandonne son polar pour préparer le dîner (promis un jour j’écrirai un article sur « Comment bien choisir ses partners in trek »). Au menu : risotto au butagaz, pain au lait chocolat ! #UnDinerPresqueParfait

20h37 : Home sweet home ! Armés de frontales on rejoint, qui les forêts suédoises, qui les affres de la trentaine en voie d’épanouissement…

22h04 : Extinction des feux !

Jour 2

06h00 : Le réveil sonne. Le Bro a veillé sur mon sommeil et j’ai dormi comme un bouquetinou.

06h14 : Est il nécessaire de préciser qui est en charge de la préparation du petit déj et qui s’exerce au selfie chamois ?

06h58 : On remballe le matos. Nos voisins ne sont toujours pas sortis de leur tente… ça fait 12h. Je me (=leur) fais peur…

07h34 : On est tipar ! Direction la baisse de la Valmasque (aka mon cauchemar d’ado – à égalité avec les interros de chant de M. Bichot au collège).

08h16 : Top of the lake ! Même s’il semblerait que j’ai plus progressé en alpinisme qu’en chorale, je peste intérieurement (et extérieurement) car le Bro, qui fume comme un pompier, est arrivé premier (et même pas essoufflé le fourbe !)… Comme dit La Madre: on n’est pas égaux ! Cimer Pachamama…

09h02 : Arrivée dans la zone des gravures rupestres. Il y a de ça un paquet d’années, des hommes aussi préhistoriques que fana de rando ont élu le spot « Galerie d’Arts en plein air ». Très bobo comme concept.

09h14 : Le Bro repère la gravure du chef de tribu tandis que je tente de déchiffrer une autre fresque mythique (autant pour moi il s’agit plutôt d’une inscription meetic : Giovanni + Baptista = <3).

09h26 : Le Bro me montre la gravure du Christ (en plus d’un souffle de cétacé cet enfant est doté d’une vue de lynx !).

09h32 : Une garde du Parc nous apprend que le Sorcier ne reçoit que sur rendez-vous (et en compagnie d’un guide). Déception (et goûter au Refuge des Merveilles en lot de consolation).

10h04 : Le gardien du refuge, surfer, winner ascendant snowboarder nous propose un café (ainsi qu’une demie douzaine de blagounettes plus ou moins douteuses). On refuse le tout poliment et sortons notre Butagaz : on est des vrais nous Monsieur !

11h27 : Redescente par la Vallée de la Minière, le petit côté Tyrol me fait penser à Bariloche en Argentine (comment ça je ramène toujours tout à mon voyage ?!). Nous poursuivons notre étude de la faune locale en tentant (sans succès) de tirer le portrait des marmottes.

13h12 : Back to Casterino. Une fois n’est pas coutume je m’occupe du pique-nique (comprendre je découpe le pain) pendant que le Bro, qui est un gars propre (comprendre maniaque) fait sa lessive dans le ruisseau. Dans ma tenue de 48h je boulotte du choc en me félicitant de cette excursion Bro & Sis des plus réussies (c’est pas si pire d’être de retour finalement) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s