Mamma Mia here we go again : Colombia

Ça n’a pas tardé, 2 mois tout juste après avoir posé mes orteils sur le sol français je geekais sur Skyscanner et trouvais le billet de mes rêves : un vol quasi direct (comprendre : 18h, 2 escales…) pour Bogota à tout juste 600 euros. Deux clics plus tard c’était booké : je pars pour la Colombie le 3 octobre !

Porque la Colombie me direz-vous ? (Oui, vous parlez espagnol)

  • Parce tous les backpackers rencontrés pendant mes 5 mois sud-américains m’ont rabâché que la Colombie bah… c’est LA COLOMBIE (#PerspicacitéLevel3000). Je me dois donc de vérifier ! Et si finalement la Colombie était… allez savoir…
  • Parce que, bien que quasi bilingue (lolilol), il me reste 2 ou 3 (ou 372) subtilités espagnoles à approfondir (Que bebe tu cangrejo ? Mi cangrejo bebe leche !)
  • Parce qu’il parait qu’il y a des Rainbow Rivers en Colombie et qu’en tant que présidente du fan club des Rainbow Mountains il me faut espionner la concurrence.
  • Parce que Roomie envisage d’y ramener sa myrtille… Les sentiers et dancefloors colombiens n’ont qu’à bien se tenir !
  • Parce que mes traces de bronzage commencent à s’estomper (merci de compatir) et qu’il me faut ma dose de soleil équatorien.
  • Parce que mon passeport périme dans 2 ans et qu’il reste plein de pages à moitié remplies (on en parle de l’absence de « stratégie tampons et optimisation » des mecs à la douane ?).
  • Parce que mon Maps.me présente un inquiétant déficit en « lieux visités » pile poil à l’emplacement de la Colombie. (Ma psy pourrait vous parler des heures durant de ma peur du vide.)
  • Parce que mon Instagram et mon blog frisent le bore-out.
  • Parce que ça va être l’hiver à Paris et que je me suis promis de faire « Une année en été » (Roman actuellement en vente au rayon ados sentimentaux de la Fnac).
  • Parce que depuis que je ne cours plus les sentiers (et ai retrouvé les talents cuisiniers maternels) je ressemble plus à un hamster joufflu (certes, terriblement mignon) qu’à une chamoite des Andes.
  • Parce que je fais une crise de la trentaine avant l’heure et suis à la recherche du porque du warum de ma life… (Et d’une identité culturelo-linguistique de toute évidence.)

Bref ma mauvaise foi et moi, on a hâte de repartir à l’aventure ! Hasta luego mes petits cangrejos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s