PVT Nouvelle Zélande /// Scène de ménage à Kaiteriteri

1 mois que je suis arrivée à Kaiterteri, micro ville aux portes du Parc Abel Tasman, pour travailler dans un éco resort (version écolo de l’hôtel chicos).

Pour celles et ceux qui ont du mal à suivre mon itinéraire depuis le grand sud (je ne vous blâme pas), ci-dessous, une petite cartounette. (Ça se voit que j’ai des gènes de géographe nan ?!)

Mi-woofing-mi vrai job, je travaille les 20 premières heures de la semaine en échange du gîte et du couvert, puis, les heures suivantes je fais le ménage des chambres de l’hôtel en échange d’oseille, de flouze, de pèze, de blé…

(Pour vous donner une idée je bosse entre 30 et 40 heures/semaine).

Comment qu’on est logé

L’un des points méga positifs de ce boulot : le logement fourni. Une chouette coloc avec Becca (ma super potesse grande britonne) et Camille et Bastien (petit couple franco-belge des plus choupis) dans un chalet ultra croquignolet avec terrasse au soleil et chambre personnelle !

Comment qu’on est nourri

Autre coup de cœur (on est tous très très surpris) : le manger. Ou le bonheur d’avoir des placards et un frigo qui se remplissent tous seuls de houmous, pesto, quinoa, crème de coco, muesli toasté, poids chiches, beurre de cacahuètes, roïbos, kale… (Par contre ici, on ne mange pas ses amis, et c’est non négociable ! )

Les missions

Je travaille 6 jours par semaine, généralement entre 5 et 7 heures par jour. Les tâches ne sont pas nécessairement le fun incarné (les fous rires en nettoyant les toilettes sont notoirement assez rares) mais l’équipe de drôles de dames qui me sert de collègues rend la chose tout à fait supportable, voire même agréable (et puis on a un uniforme ! mon rêve ultime depuis mes 5 ans…). Ci-dessous, en gros, la liste des activités qui occupent mes journées :

Vitres de piscine lustrées

Une des tâches du matin (à effectuer avant les chambres) consiste à laver les vitres de la piscine de toutes traces de dégoulinures (résultats de plongeons maladroits). L‘exercice demande concentration et agilité sous peine de choir en bassin (je ne vous donnerai pas de nom mais je connais quelqu’un à qui c’est arrivé… Indice : son blaze commence par « B » et finit par « ecca »).

Lits au carré

A presque 30 ans, il semblerait que je n’avais jamais appris à faire un lit. Toutefois, après 1 mois à superposer 3 draps, 1 couverture, 1 édredon, 1 couvre lit, je suis passée maîtresse dans l’art de faire les padoques au carré (on dit « Hospital corners » en anglais de Nouvelle Zélande ) !

Chambres aspirées

Il semblerait que je ne savais pas plus passer l’aspirateur que faire un lit… Fort heureusement ce noviciat est derrière moi… Pour vous dire, maintenant je sais même rerégler la bête pour une transition moquette-carrelage des plus smooth !

Salles de bain récurées

Nettoyer lavabo/toilettes/bac à douche, polir les robinets, effacer les projections de dentifrice sur les miroirs, dépoussiérer les étagères, vider la poubelle, vérifier le niveau de savon et shampoing… : laver les salles de bain des chambres de l’hôtel nécessite la mise en place d’une stratégie bien rodée (sinon ça donne des interrogations nocturnes et existentielles du style « Est-ce que j’ai bien remis un rouleau de PQ dans la 17 ? » et autre « Ai-je pensé à changer le tapi de bain de la 24″…)

Taies d’oreiller repassées

Mission de l’après midi (quand les chambres sont pimpantes) : laver et repasser les taies d’oreiller ainsi que les serviettes du restaurant de l’hôtel. (Merci de signer ma pétition sur Change.org pour que les lasagnes soient retirées du menu – Qui n’a jamais détaché de serviettes blanches barbouillées de tomate ne connait pas sa chance…)

L’ange de la buanderie

Le top 4 de mon expérience Kaiteriterienne

(Outre ma bedaine bien remplie et ma piaule avec vue sur le potager. )

Rencontrer Becca

On ne va pas se mentir, elle a fait gagner au moins 3 étoiles à paillettes à ce voyage. De backpackeuse solitaire et sans attaches, je suis devenue, l’espace d’un mois, membre éminent d’un duo d’aventurières (en salle de bain), alternant randos, baignades au lever de soleil, course à pieds, expéditions kayak et moutainbike avortées… au son de la désormais célèbre devise « We may not have skills, we may not have luck, but we do have pride ! » (que l’on pourrait traduire par « On est moyen bof compétentes, pas franchement plus chanceuses mais en revanche on est hyper fières ! »)

Pouvoir utiliser les piscine, sauna, jacuzzi de l’hôtel à volonté

Ça se passe de commentaires mais disons voir qu’après une journée éponge à la main, une petite séance sauna ou hammam, suivie d’un passage par le jacuzzi, remet les pendules à l’heure : ma vie est fort loin d’être moisie et je suis franchement lucky même si j’ai passé l’après midi à nettoyer du pipi…

Etre à 15 minutes à patounes de la playa

Lever/coucher de soleil, petite baignade des familles, poser séant face à la mer (comme Calogero) les yeux dans le vagues (et non pas les vagues dans les yeux) ça n’a pas de prix…

Et à 15 minutes en char du départ des randos dans le Parc Abel Tasman

Encore 3 semaines dans ce petit paradis avant de reprendre la route direction… allez savoir ! (D’ailleurs si vous avez des infos à ce sujet n’hésitez pas à m’en faire part !).

2 réflexions sur “PVT Nouvelle Zélande /// Scène de ménage à Kaiteriteri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s